Mars 2003 : à l’école du Sahel

Posté le par
En progressant de plus en plus loin à l’intérieur du continent, je découvre une Afrique de de plus en plus surprenante et de plus en plus difficile. Entre Semaga au Burkina et Goubey au Niger, je passe quinze jours fabuleux dans la brousse sahélienne profonde, au plus près de la réalité africaine…

Après avoir passé les 10 premiers jours de mon séjour burkinabé à Koudougou avec les amis, je pars pour trois jours en brousse avec les cousines dans le village de Semaga, jumelé avec l’association St Jean Echange Partage dont nous sommes les ambassadeurs. Ce sera ma première vraie rencontre avec l’Afrique sahelienne, mes premiers contacts avec une population qui survit au quotidien… Le choc. Mais aussi, tant de joie, de gentillesse et de générosité qui se rencontrent partout malgré tout ! Je laisse les cousines rentrer en France et je reviens seul passer quatre jours de plus à Semaga pour conclure mon séjour burkinabé.

Cette Afrique-là n’en finit pas de me surprendre et je gagne le Niger avec une vraie impatience. Je découvre Niamey en compagnie d’un couple de français installés là-bas depuis 4 ans. Mais je vais surtout à la rencontre de mon filleul, en prenant contact avec les responsables locaux de l’association « Aide et Action ». Comme à Semaga, je m’offre un séjour d’immersion en passant une semaine dans le village de Goubey où vit mon filleul avec sa famille, en partageant les conditions de vie et les repas des habitants.

Du Burkina au Niger, de Semaga à Goubey, des souvenirs à la fois très grands, très forts et très durs. J’ai rencontré une nouvelle fois l’Afrique accueillante et généreuse, souriante et chaleureuse, mais je me suis aussi confronté à l’autre réalité africaine, celle de la misère, du dénuement et de la lutte perpétuelle pour la vie… Tout cela existe aussi ailleurs bien sûr, en Mauritanie, au Sénégal, au Mali, mais c’est ici que je l’aurai touché de plus près.   Cela donne d’autant plus de valeur et d’intensité aux souvenirs de l’accueil merveilleux que j’ai reçu dans cette brousse si difficile…

Faits marquants :
– au Burkina, premier séjour dans le village de brousse de Semaga jumelé avec St Jean Echange Partage ;
– les rencontres Artistiques de Sabou avec Ouango et la troupe Lounga ;
– second séjour à Semaga avec Valentin, Jean et les instits ;
– séjour au NIGER du 18 au 29 mars ;
– les deuxièmes rencontres théâtrales du Niger au Centre Culturel Franco-Nigérien (CCFN) de Niamey (4 pièces dont Oedipe & une adaptation théâtrale du roman d’Ahmadou Kourouma « Allah n’est pas obligé ») ;
– la rencontre avec les responsables locaux de l’association Aide et Action ;
– le séjour à Goubey dans le village de brousse de mon filleul ;
– le musée national de Niamey ; etc.

Les faits marquants :
– du 3 au 5, premier séjour dans le village de brousse de Semaga (Burkina Faso) jumelé avec St Jean Echange Partage ;
– le 8, Rencontres Artistiques de Sabou avec Ouango et la troupe Lounga ;
– le 10, départ des cousines Karine et Vaness’ pour la France ;
– le 11… J’ai 30 ans !!
– du 11 au 15, second séjour à Semaga avec Valentin, Jean et les instits ;
– le 18, départ de Ouaga en bus pour Niamey et entrée au Niger ;
– du 18 au 29, séjour au NIGER ;
– le 20, ouverture au Centre Culturel Franco-Nigérien (CCFN) de Niamey des deuxièmes rencontres théâtrales du Niger avec « Oedipe » ;
– le 20 aussi, première rencontre avec les responsables locaux de l’association Aide et Action ;
– du 21 au 27, séjour à Goubey dans le village de brousse de mon filleul ;
– le 27, « M’appelle Birahima » au CCFN, adaptation théâtrale du roman d’Ahmadou Kourouma « Allah n’est pas obligé » ;
– le 28, visite du musée national de Niamey ;
– le 29, départ en bus de Niamey pour Ouaga ;
– du 30 mars au 2 avril, trois longues journées à Ouaga dans l’attente du vol de retour pour Dakar au SENEGAL…