Burkina Faso

Posté le par
« Pays des hommes intègres »

Un séjour d’un mois en février-mars 2003

MON PERIPLE BURKINABE
Durée du séjour : 3 semaines et demi (22 février – 18 mars 2003) + 3 jours de transit à Ouaga fin mars entre Niamey et Dakar
Type de séjour : moins touristique qu’au Mali, en contact permanent avec les burkinabés pour une approche plus authentique de leurs conditions de vie au quotidien dans une ville moyenne (Koudougou) ou un petit village de la brousse sahelienne (Semaga, secteur de Didyr)

Principales villes-étapes (cf.carte) : Ouagadougou, Koudougou, Semaga
Hébergement : Maison d’accueil de l’association Benebnooma à Koudougou, « chez l’habitant » dans le petit village de brousse de Semaga, hôtel à Ouaga
Moyens de transports utilisés : autocar, taxi, vélo, « mobylette-brousse », la bâchée d’Athanase, celle de Clément, le scooter de Ouango, la moto de Valentin, etc.
Pourquoi le Burkina ? Parce que mon village est lié depuis des années avec les amis burkinabés de la troupe Saaba via l’association Benebnooma et son fondateur Koudbi Koala, parce que les Saaba viennent tous les ans faire une tournée dans ma région et que depuis des années je voyais partir les membres de ma famille au Burkina les uns après les autres… Alors j’ai dit « à mon tour » !
Contacts sur place : les amis de longue date de l’association Benebnooma créée par Koudbi Koala, la troupe Saaba, la troupe Lounga ; les responsables des associations du village de brousse de Semaga
Projets et actions sur place : rencontre avec les responsables de l’association Benebnooma à Koudougou ; visite du village de brousse de Semaga dans le cadre du jumelage avec l’association St Jean Echange Partage (village français de St Jean de Touslas) : rencontres avec les associations de développement forestier et agricole, échanges avec les instituteurs, visites de villages voisins, d’écoles et de dispensaires dans la brousse Sahelienne
J’y retournerai pour : visiter la région de Bobo-Dioulasso et Banfora, la réserve du Sahel près de Gorom-Gorom… mais je crois que j’y retournerai surtout pour les gens, pour revoir les amis à Koudougou et les villageois de Semaga !
Appréciation générale : des souvenirs à la fois très grands, très forts et très durs. La quiétude des jours tranquilles à Koudougou et le choc des 8 jours passés en brousse à Semaga. Le Burkina que j’ai découvert m’a montré une nouvelle fois l’Afrique accueillante, souriante et chaleureuse, mais m’a aussi confronté à l’autre réalité africaine, celle de la misère, du dénuement et de la lutte perpétuelle pour la vie… J’avais déjà découvert tout cela en Mauritanie, au Sénégal, au Mali, mais c’est ici que je l’ai approché au plus près, avant de le redécouvrir quelques jours plus tard au Niger. Cela donne d’autant plus de valeur et d’intensité aux souvenirs de l’accueil merveilleux que j’ai reçu dans cette brousse si difficile…